AUJOURD’HUI, C’EST DÉJÀ DEMAIN : LA TECHNIQUE DU TIMELAPSE CHANGE LA DONNE EN FÉCONDATION IN VITRO !

Placés en incubateur sitôt la fécondation effectuée, les embryons obtenus par FIV sont surveillés pour en contrôler le développement. À cette fin, ils étaient, jusqu’à peu, extraits une fois par jour de l’incubateur pour être étudiés sous microscope. L’incubateur Timelapse représente une inestimable avancée pour l’évaluation cinétique de la croissance embryonnaire. Cette technique a pour objectif d’améliorer très sensiblement le taux de réussite d’une FIV en évitant de replacer des embryons inaptes à un développement in utero.

En pratique, l’incubateur Timelapse permet une fine observation du développement embryonnaire, au sein même de l’incubateur et en environnement stable, sans qu’il soit nécessaire d’extraire les embryons pour les observer. Ce monitoring cellulaire est fondé sur la prise automatique de clichés des embryons en développement, à raison d’un toutes les 5 minutes. Les divisions cellulaires sont donc parfaitement surveillées et leur cinétique mesurée en quasi temps-réel, un paramètre essentiel lors du choix des embryons à replacer.

Bien que performante, cette technique ne peut se comparer au Screening Génétique Préimplantatoire (ou PGS pour « Preimplantation Genetic Screening« ), seule méthode capable de faire la preuve d’éventuelles anomalies chromosomiques embryonnaires et, hélas, toujours interdite à ce jour en France.

Ci dessus, deux vidéos que nous devons au laboratoire FIV UNILABS de la Clinique de la Muette. La première montre cinétiquement le développement d’un embryon en culture prolongé jusqu’au stade blastocyste (jour 5). La seconde est celle du timelapse d’un embryon fragmenté bloqué au jour 3.

By |2019-10-24T15:43:55+00:0023 octobre, 2019|Categories: TECHNIQUES EN PMA|Tags: , , , , |Commentaires fermés sur AUJOURD’HUI, C’EST DÉJÀ DEMAIN : LA TECHNIQUE DU TIMELAPSE CHANGE LA DONNE EN FÉCONDATION IN VITRO !

UNE PÉTITION APPELLE À LA LÉGALISATION EN FRANCE DE LA TECHNIQUE DE « CRIBLAGE GÉNÉTIQUE PRÉIMPLANTATOIRE » (PGS).

Autorisée et pratiquée dans tous les pays développés, la technique de criblage génétique préimplantatoire ou PGS (Prenatal Genetic Screening) est, à ce jour, interdite en France. À l’heure où est discutée à l’Assemblée nationale la loi de bioéthique, une pétition appelle à sa légalisation, en mettant en avant tous les bénéfices que peuvent en attendre les couples investis dans un projet de PMA. La mise en oeuvre de cette technique augmente les chances de réussite d’une tentative de FIV, et contribue à réduire le risque de devoir recourir à une interruption volontaire de grossesse en cas d’anomalie grave sur le foetus détectée après les 10 semaines de gestation.

Cette pétition peut être consultée ici

By |2019-09-27T20:17:13+00:0027 septembre, 2019|Categories: BIOÉTHIQUE, TECHNIQUES EN PMA|Tags: , , , , , |Commentaires fermés sur UNE PÉTITION APPELLE À LA LÉGALISATION EN FRANCE DE LA TECHNIQUE DE « CRIBLAGE GÉNÉTIQUE PRÉIMPLANTATOIRE » (PGS).

RÉFLEXION AUTOUR DU DIAGNOSTIC PRÉIMPLANTATOIRE : UNE PATIENTE INTERROGE LES DÉCIDEURS.

Nous avons souhaité mettre en ligne ce texte dont l’auteur est une patiente ayant suivi un parcours de FIV. Il est destiné aux députés et sénateurs sur le point de discuter de la révision de la loi de bioéthique, auxquels l’auteur s’adresse via un courrier au magazine ELLE. Fruit de son expérience, son plaidoyer en faveur du Diagnostic préimplantatoire (DPI) nous apparait d’autant plus précieux qu’il procède très concrètement du douloureux vécu d’un couple et non de pré-supposés déconnectés des réalités du terrain. Ce témoignage éclairera la réflexion de tous les décideurs impliqués dans l’élaboration du nouveau projet de loi de bioéthique, et contribuera à mobiliser les couples concernés.

Je m’adresse à vous à propos d’un sujet important et actuel qui concerne de nombreuses femmes qui suivent un parcours de fertilité compliqué, et lectrice de Elle depuis longtemps, je sais que c’est le magazine féminin qui traite le plus souvent, et avec pertinence et précision, du sujet de la PMA. J’espère donc que vous accepterez de traiter de ce sujet.

Le gouvernement français vient de refuser la légalisation d’une technique qui améliorerait considérablement les chances de succès d’une FIV (et diminuerait d’autant les risques de fausse-couches ou d’avortements post-1er timestre) : le diagnostic des embryons avant transfert dans l’utérus maternel (aussi dénommé technique de criblage génétique préimplantatoire).

Cette technique permettrait le dépistage avant le transfert d’anomalies génétiques qui rendraient ces embryons non viables. Cette technique est largement utilisée dans de nombreux pays développés, mais en France elle reste interdite.  (suite…)

By |2019-09-11T15:36:31+00:0011 septembre, 2019|Categories: BIOÉTHIQUE, TECHNIQUES EN PMA|Tags: , , , , , |Commentaires fermés sur RÉFLEXION AUTOUR DU DIAGNOSTIC PRÉIMPLANTATOIRE : UNE PATIENTE INTERROGE LES DÉCIDEURS.

VERS UN DÉDOMMAGEMENT DU DON D’OVOCYTES ?

Tel est en effet le souhait émis par nombre de professionnels français de la PMA. Les auditions en cours à la commission de l’Assemblée nationale avant la prochaine révision de la loi de bioéthique ont été, pour eux, l’occasion de rappeler une de leurs requêtes récurrentes concernant le dédommagement du don de gamètes. À ceux qui ne manqueront pas de pointer un risque de dérive marchande de la procréation médicalement assistée, il convient de rappeler tout ce qu’un don d’ovocytes signifie pour les donneuses : à savoir une stimulation ovarienne, des prises de sang répétées, des échographies et enfin la ponction elle même. Tout cela est loin d’être anodin et ne peut pas être qualifié de prestation tarifée. Il serait bien plus juste de parler d’une compensation, à hauteur des contraintes inhérentes à cet acte. Les praticiens de PMA rappellent que la France est à ce jour un des rares pays à ériger en principe intangible la gratuité totale des dons de gamètes. Ceci, au nom de principes éthiques parfaitement recevables, mais ayant pour effet induit une pénurie de gamètes (notamment des ovocytes en raison d’une procédure particulièrement contraignante pour les donneuses) qui amène nombre de couples, in fine, à s’adresser à des centres étrangers. Une très regrettable confusion s’est hélas installée dans les esprit, associant don d’organe, dont la gratuité doit impérativement être conservée, et don d’ovocytes qui doit donner lieu à compensation eu égard aux contraintes qu’il impose à la donneuse. Ce distingo a été intégré de longue date à l’étranger dans les pays où le don d’ovocyte donne lieu à une compensation financière.

Deux articles récents peuvent être consultés à ce sujet :

 

 

By |2019-09-10T15:53:01+00:0010 septembre, 2019|Categories: BIOÉTHIQUE|Tags: , , , , , , |Commentaires fermés sur VERS UN DÉDOMMAGEMENT DU DON D’OVOCYTES ?

DERNIÈRES VIDÉOS MISES EN LIGNE

Le monitoring de la croissance embryonnaire par la technique du Time-Lapse

Autoconservation des ovocytes : Non au traitement discriminatoire des centres privés

Qu’est-ce que l’hyperstimulation ovarienne ?

Le choix de l’embryon lors d’une FIV

Préparation à la ponction des ovocytes : un timing à respecter

Qu’est-ce que le « Freeze All » ?

ACTUALITÉS FERTILIA/FR : MOTS CLÉS

× Comment puis-je vous aider ?

Fjhkjhdgkqsdfgq gjhlqkhg lkjhdlfkhldfgkjqhg qlkdflgq qlkjlfkjqg lkjdfkjhqdf qlkdfkq qlkjldfkbqd lqjkbldfk ldkjldfkjbqd dfljd qdljbl dfljd lqdj lqd